Cycle 8 : Mars/Avril – 55 jours – Suite

Analyse des examens

Maintenant que tous les test étaient passés, j’ai envie d’agir vite. Comme c’est un rendez-vous PMA j’ai réussi à avoir une consultation rapidement (prévue pour J+34)’

Je suis partie en déplacement une semaine et quand je suis revenue A. et les résultats du spermogramme m’attendaient. Nous étions tout stressés à l’ouverture. Alors autant vous dire que les résultats ne vous sautent pas à l’oeil du premier coup :) en gros ils analysent la composition, la mobilité, le % de spermes anormaux, et s’il y a des maladies. De ce que j’ai vu sur les forums, s’il y a un problème ils l’ecrivent ‘plus clairement’ en dessous.

Dans notre cas, tout avait l’air à peu près normal. Juste le % de spermes anormaux : 86% me paraissait élevé, mais a priori, si j’en crois internet, jusque 95% il ne faut pas trop s’inquiéter.

Ce cycle est vraiment très étrange depuis J+22 (n’ayant pas ovulé je ne peux pas parler de DPO), j’ai des pertes liquides extrêmement abondante. Je suis obligée de mettre des proteges slips en permanence. On dirait à chaque fois que j’ai mes règles mais non. J’avais vu sur un forum que les pertes abondantes étaient un signe de grossesse. N’ayant pas ovulé. Je n’y crois pas trop.

A J+34, je me rends chez le gynécologue. Il me dit que mes trompes ne sont pas bouchées et que tout circule bien. C’est déjà ça. En regardant le spermogramme de A. il me dit qu’il est très bien car la volumétrie et la mobilité (40%) sont largement suffisante pour permettre au 14% de spermes normaux d’atteindre l’ovule.

AMH le retour

En regardant mon bilan sanguin là il fait la grimace. Mon taux amh est à 9.1 il devrait être autour de 4.

En gros, j’ai plein de petits follicules qui ne sont pas arrivés à maturité, mais qui se sont agglutinés sur la paroi de mon ovaire, créant une couche dure, impossible à traverser par l’ovule (il me parle d’oeufs durs). Cela se voit à l’échographie apparemment car mon ovaire est lisse et n’a pas de cicatrices liées à l’expulsion d’un ovule. Bon..je m’en doutais. Au moins je suis fixée. Je suis bien opk. J’étais partagée entre le soulagement d’avoir enfin trouvé ce qui ‘clochait’, et par la déception d’avoir la confirmation que oui, il y avait bien un problème.

Que faire quand on est opk?

Quelles sont les alternatives dans ce cas?

Selon lui il y en a 3:

- la première est la stimulation hormonale : clomid de J3 à J6 pour faire arriver les follicules à maturation. Puis échographie folliculaire pour savoir s’il est possible de déclencher l’ovulation ( le risque quand on est opk est que la stimulation permette à trop de follicules  d’arriver à maturité et on risque des grossesses multiples – au delà de 2 – ce qui peut être dangereux… s’il n’y en a que un ou deux, on déclenche l’ovulation avec une piqure d’oviterelle (en espérant que l’ovule arrive bien à se frayer un chemin….

- la deuxième est le drilling : opération médicale consistant à percer les ovaires pour permettre l’ovulation. 3 incisions et une semaine d’arrêt. (Quand il m’a décrit le procesus, j’ai trouvé ça quand même assez….invasif)

- la troisième est la fiv.

Je décidais de tenter la première avant de passer par l’opération. J’étais contente d’enfin avoir un plan d action.

Rupture de clomid

Ma joie a été de courte durée lorsque je suis allée à la pharmacie et que j’ai appris que le clomid était en rupture de stock jusque au moins fin mai….aaaah je joue vraiment de malchance. Le gynécologue a refusé de me donner une alternative et m’a dit que pour ce cycle on ferait sans.

Bon je suis moyennement convaincues mais j’ai un autre souci à régler avant : mes règles n’arrivent toujours pas….

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Francoseexhalessence |
Lez-Arts-Trok-Coeurs |
My baby book |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nanou de Mailloc
| Mamanduneetoile
| Bebeshopping