Cycle 9 : Mai – 41 jours

J’abordais ce cycle avec impatience! Enfin, enfin j’allais pouvoir commencer le traitement!

Ma joie fut de courte durée, j’eus beau appeler toutes les pharmacies de la région, le Clomid était encore en rupture de stock.

Pour les ponts du 08 Mai, nous partions entre amis en we à Prague. Le couple d’amis avec qui nous partions attendait un enfant pour août, mais malgré cela, j’espèrais que le voyage nous détente et nous permette de penser un peu à autre chose. Mon rendez-vous gynécologue était prévu le lendemain de mon retour, j’étais confiante.

Je ne m’attendais pas à la douche froide que j’allais subir. Mon gynécologue est plutôt patient et psychologue, mais ce jour-là c’est sa remplaçante que je rencontrais.

Je lui ai expliqué mon cas, et sans même me laisser finir, elle m’expliqua que vu que mes cycles étaient longs cela ne servait à rien que je sois venue à J12. Je lui ai expliqué que mes cycles étaient plus que longs, ils étaient anovulatoires. Elle accepta quand même de me faire une échographie folliculaires. J’ai eu pas mal d’échographies folliculaires ces derniers temps, mais aucune ne m’a fait mal comme celle-ci. Elle enfonçait la sonde en la bougeant brusquement et en soupirant. Elle se plaignit qu’elle ne pouvait rien voir car il y avait trop d’intestins. C’est peut être vrai, mais cela n’a posé de problèmes à aucun médecin auparavant, et je ne vois pas trop ce que je pouvais y faire, je ne pouvais pas les retirer, donc elle allait devoir faire avec.

Une fois l’examen terminé, elle me dit de but en blanc que c’était mauvais. Pardon? mauvais comment? Aucun follicule, endomètre à 4mm, en gros rien à voir. Elle me dit que sans Clomid ce n’était pas la peine. Très bien, mais il n’y a pas de Clomid pour le moment, quand est ce que cela va revenir? Là elle me répondit : oh peut être jamais. Soit, est ce qu’il y a une alternative (je savais par mes recherches sur le net qu’il était possible de remplacer le Clomid par des piqures de Gonal F).  Là, je crois qu’elle commençait à en avoir marre de moi, car elle me répondit : non aucune.

Donc je récapitule, vous me dites que je n’ai aucune chance sans traitement, mais que ce traitement n’est pas disponible et ne le sera peut être jamais. Donc, vous êtes en train de me dire que je n’aurais jamais d’enfants?

Là, elle accepta de me dire que les piqures pouvaient remplacer le Clomid, mais elle me dit qu’elle ne pouvait pas me les prescrire, que seul mon médecin pouvait le faire, et que nous n’avions qu’à dire que ce cycle serait un cycle d’observation… Euh pardon, un cycle d’observation? Je crois que j’ai très bien observé que je n’ovulais pas et que je n’arrivais pas à tomber enceinte.

Voyant mon désarroi, elle accepta finalement d’appeler mon gynécologue qui accepta de me prescrire du Gonal F par dose de 50ui, ainsi qu’une nouvelle échographie 5 jours plus tard, si la prise de sang montrait des taux en augmentation.

Enfin, j’allais pouvoir commencer. Dès que je suis sortie du cabinet, je suis allée commander du Gonal. La chance était avec moi, il était disponible dès l’après-midi.

Je pense que toutes les femmes en PMA ont vécu ce moment dans leur salle de bains avec un seringue dans une main et leur ventre dans l’autre en essayant de se piquer. J’étais tellement contente d’avoir enfin accès au traitement, que je n’ai pas eu de mal à me piquer. J’étais assez étonnée, cela ne m’a pas fait mal.

J’ai continué scrupuleusement à me piquer pendant 5 jours, avant de retourner faire une échographie folliculaire. Elle était plutôt positive, un follicule dominant se détachait. Le médecin me prescrit 5 piqures supplémentaires et un nouveau rendez vous pour voir si l’ovulation pouvait être déclenchée.

Je partais chez ma belle-famille ce week-end là. Je découvrais la joie de voyager avec son gonal-f dans une glacière. La discrétion n’est pas très facile en PMA :)

5 jours après mon ovulation pouvait être déclenché avec ovitrelle. Il n’y avait plus qu’à attendre.

Le gynécologue m’avait aussi prescrit des capsules d’estima gé (progestérone) à prendre par voie vaginale ou orale. L’inconvénient de la voie orale est que cela provoque des vertiges et des somnolences dans les 30 minutes qui suivent…pas idéal pour travailler :) Je choisis donc de les prendre par voie vaginale où la conséquence est d’avoir la capsule qui n’a pas fondu redescendre…et donc des pertes blanches très épaisses.

C’est au cours de ce cycle que je découvris les effets secondaires de la progestérone : ventre gonflé, nausées, tiraillement dans les seins. Ce médicament fourbe donne tous les symptômes d’une grossesse.

Malheureusement pour moi, sur ce cycle, se fut uniquement les symptômes… les douleurs s’arrêtèrent à 11DPO, je ne sais pas s’il y avait vraiment un lien, mais c’est cela qui m’a permis de comprendre que c’était raté pour ce mois-ci. Nous n’aurons pas réussi à concevoir un enfant pour mon anniversaire :(

La prise d’estima gé retardant les règles, je fis quand même un test de grossesse pour avoir la confirmation que je devais arrêter de le prendre. Test de grossesse négatif, les règles arrivèrent deux jours après l’arrêt d’estima gé.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Francoseexhalessence |
Lez-Arts-Trok-Coeurs |
My baby book |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nanou de Mailloc
| Mamanduneetoile
| Bebeshopping